Un monde de crobard

Pages grises et roses d'une vie ordinaire.

05 mars 2009

La douleur d'être mère

Nous avions espéré les semer en quittant Paris. Nous avions rêvé que, comme la chatte, elles ne se sentiraient bien que dans cet appartement familier, et qu'elles préfèreraient nous y attendre.
Nous nous étions trompés.
Elles nous ont accompagnés. Et l'air de la province a semblé leur réussir.

Depuis dix jours, nous regardons avec désespoir l'Acrobate se tordre et hurler sa douleur, plusieurs fois par jour, dans un sinistre ballet qui nous laisse tous trois épuisés, chancelants.
Il a à nouveau fallu composer avec les conseils et les remarques des uns et des autres, de ceux à qui il est difficile de dire certain mot attribué à Cambronne parce qu'ils sont trop proches, parce que la morale occidentale veut qu'on leur doive le respect, en toutes circonstances.
Il a à nouveau fallu puiser dans nos réserves de patience et d'énergie, jusqu'à des niveaux insoupçonnés, pour faire face de notre mieux aux crises, diurnes et nocturnes.
Et quand la situation est devenu par trop insoutenable, il a fallu retenir de son mieux ses larmes pour appeler le pédiatre parisien, celui qui, par chance, était de garde ce samedi-là, et noter le traitement recommandé.

Cela n'aura pas suffi.

Lundi matin, après une nuit de cauchemar, une gentille secrétaire médicale m'a dit, "venez pour 17 heures. Le carnet de rendez-vous est plein, mais je vous ferai recevoir". Deux cent cinquante kilomètres et un voyage épique plus tard, c'est un Acrobate gazouillant qui a été examiné par une toute aussi gentille doctoresse. Bébé en pleine forme, aucune malformation décelable, aucun problème particulier à signaler... sinon de très sévères coliques du nourrisson. Rien à faire d'autre qu'attendre, et essayer de le soulager un peu en continuant à nous en occuper comme nous le faisions, et en lui administrant le traitement indiqué par le pédiatre.

Mais la bataille a fait des dommages collatéraux. Si l'Amoureux est fatigué, exténué, sa Hérissonne est quant à elle lessivée, littéralement épuisée.

Et hier soir, après une journée passée à voir le petit Acrobate s'énerver à chaque tétée et crier son insatisfaction de ne pas trouver à cette source qu'il croyait intarissable la nourriture qu'il y cherchait, après une douche, accroupie au fond de la baignoire à pleurer toutes les larmes de mon corps de peine et de fatigue et de frustration et de culpabilité, hier soir, je me suis résolue à rappeler la gentille doctoresse, et à noter les possibles marques de lait maternisé qu'elle me recommandait de lui donner, en complément, le temps que je récupère un peu.
Hier soir, en larmes, j'ai essayé de ne pas entendre les cris de surprise de mon fils à qui une autre donnait un biberon de lait qui n'était pas le mien, et qui a enfin apaisé sa faim...

Lait maternisé

Posté par PtiCrobard à 11:15 - Hérissonnades - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires

    Je me souviens bien de ces moments difficiles où le tétard reste accroché 24/24 au sein et pleure de ne pas recevoir de ration suffisante ! il parait que ce sont ces fameux "pics de croissance", et qu'il n'y a rien à faire sinon... passer le cap tant bien que mal ! Chez moi ça durait 1 semaine / 10 jours max...
    Courage !

    Posté par Céline, 05 mars 2009 à 13:22
  • oh petite mère. C'est duraille tout ça. Continue à stimuler ta lactation, Céline a raison, les enfants ont des pics de consommation, auxquels les seins des mères s'adaptent tant bien que mal à chaque fois, mais s'adaptent.
    Le bouquin de Marie Thirion sur l'allaitement est super bien, et les réunions de la Leche ligue aussi n'hésite pas à y aller pleurer un bon coup avec ton bébé, les animatrices sont adorables et je ne doute pas qu'elles t'aideront, voire viendront te voir chez toi!
    Je t'ai déjà parlé de homéo bébé chez Marabout, je crois. L'homéopathie a bien marché pour les coliques de mes babys.

    Est-ce que ta gentille doctoresse pourrait te faire un certificat pour qu'une aide ménagère ou une travailleuse familiale vienne chez vous et que tu te repose un peu? (C'est subventionné par la caf, la participation est en général très raisonnable)
    J'espère que pleurer t'as fait du bien. Dodo maintenant dès que bébé dort aussi!

    Posté par plume, 05 mars 2009 à 15:04
  • un seul mot : essaie de dormir et puis peu à peu les choses reviendront à la normale... Ça m'a rappelé des moments pas cools non plus. Ne t'inquiète pas, tout va s'arranger.

    Posté par Asenzi, 05 mars 2009 à 15:47
  • difficiles à vivre, ces coliques, difficile d'entendre son enfant hurler sa douleur, et nous à côté, incapables de le soulager, malgré les massages du ventre, malgré la présence, malgré les câlins, malgré tout.
    Prenez soin de vous aussi. Et essaie de ne pas t'inonder de culpabilité. Tu es guidée par ce qu'il y a de mieux pour ton enfant.

    Posté par Emmanuelle, 08 mars 2009 à 21:37
  • Je n'ai jamais eu à vivre ça avec mes petiots miss, mais j'imagine ta douleur et ta fatigue nerveuse...

    Posté par Mona, 09 mars 2009 à 21:36
  • Tu réveilles de bien douloureux souvenirs.

    Avec Toutgrand c'était la même chose. Très rapidement je suis passée à l'alimentation mixte (même si les bibs accentuaient les coliques), et j'ai éprouvé une telle frustration quand il est passé au bib seul (car à 4 mois et demi il ne voulait plus du sein, au bib il avait la quantité qu'il voulait et rapidement), que pour Toutebelle j'ai donné le sein seul sans problèmes et compris que c'était mon stress et ma fatigue de primipare qui avaient contrarié mes montées laiteuses.

    Beaucoup de repos, manger équilibré et suffisamment (pas le moment de te mettre au régime), boire beaucoup, il n'y a rien de tel !

    J'imagine que l'on t'a déjà dit de faire attention à ne pas consommer d'aliments à forte fermentation pendant que tu allaites, alors il ne me reste plus qu'à te souhaiter bon courage !

    Bisous

    Posté par Névrosia, 10 mars 2009 à 21:15
  • Je viens de redécouvrir le lien vers ton blog... un peu tard pour féliciter pour la naissance du ptit Acrobate... un peu tard aussi apparemment pour apporté un quelconque soutien dans ce moment difficile. Je n'ai que ma petite expérience de maman allaitante, ayant beaucoup échnagé avec d'autres mamans et des associations de soutien à l'allaitement, mais je me permets une réaction : à mon sens pas de lien entre l'allaitement et les coliques... Il n'y a aucune raison de penser que ton lait ne suffit pas et/ou provoque les cris de ton bébé. Ne culpabilise pas, tu n'en as aucune raison. Repose-toi autant que possible, laisse tomber tout ce qui n'est pas essentiel pour l'instant. Et si tu le souhaites, n'hésites pas à me contacter par mail : si tu le veux, tu peux poursuivre l'allaitement, il faut juste que tu en aies envie... et que tu sois soutenue. Plein de pensées positives.

    Posté par lelutinperlimpin, 10 mars 2009 à 22:11
  • Moi aussi, larmes aux yeux en te lisant... Durs souvenirs de ma Mini, tout comme l'Acrobate, sauf qu'on sait toujours pas pourquoi... Juste refus de manger et toujours un appétit d'oiseau à 3 ans...

    Posté par La fée Mélusine, 14 mai 2009 à 09:15

Poster un commentaire