Un monde de crobard

Pages grises et roses d'une vie ordinaire.

12 février 2009

Tombé au champ d'honneur

Il m'a accompagné tout au long de mon  congé pré-natal prolongé, souvent mis en attente pour cause d'autres impératifs à échéance moins flexible (un anniversaire, une naissance, ça ne se négocie pas !), mais jamais complètement délaissé. Je me souviens de rangs et de rangs de côtes enchaînés avec comme leitmotiv, "quand ce sera fini, je pourrai enfin me remettre à mon February Lady Sweater !"...
Il a pris quelques rangs lors des visites de contrôle post-DPA, quelques centimètres le jour de Noël, quand nous avons passé la journée en salle d'accouchement, à surveiller ce qui s'est finalement révélé être un faux-travail. Il était à nouveau présent le lendemain, quand nous sommes revenus pour ce qui devait être un déclenchement, et qui fut une naissance naturelle - mais cette fois, le sac est resté intouché. D'autres centres d'intérêt mobilisaient mon esprit.

FLS n°1

Depuis, il n'avait pas avancé - tombé au champ d'honneur de la maternité. Une, deux, puis cinq, six, bientôt sept semaines sans toucher une paire d'aiguilles à tricoter... Je sais qu'une trop longue attente est néfaste à n'importe quel tricot commencé : plus on attend, et plus on a de chances d'avoir modifié sa façon de tricoter, une tension un peu plus soutenue, une tenue légèrement différente des aiguilles...
D'ailleurs, c'était déjà visible au niveau des bordures : entre octobre et décembre, j'avais oublié comment j'avais pris les mailles lisières, et n'avais pas réussi à retrouver la même méthode, malgré plusieurs essais. Pour un autre ouvrage, ç'aurait pu être un détail ; pour celui-ci, tricoté d'une pièce et où les bordures formaient les pans du gilet, je ne voyais que cela...

FLS n°1, détail des bordures

Cette semaine, mon FLS est retourné à l'état de pelotes. Requiescat in pace.

Le FLS n°1 en cours de détricotage

Mais tel le Phénix, c'est sûr, il renaîtra de ses cendres !

D'ailleurs, depuis quelques jours, les doigts me démangent à nouveau, et l'envie de feuilleter des ouvrages de modèles et d'aller faire un tour dans mon stock me revient... Et non, ça n'a bien sûr  rien à voir avec le fait que des amis nous aient offert ceci en guise de cadeau pour la naissance de l'Acrobate :

Couverture de livre

Non. Bien sûr que non...

Posté par PtiCrobard à 15:15 - Du fil et des idées - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Tu vois, là c'est moi qui suis jalouse. Pourquoi je ne sais pas tricoter ? Hein, pourquoi n'ai-je pas cette patience-là ?

    (parce que quand tu as des invités un peu pénibles, tu peux tricoter mine de rien, comme ça tu ne perds pas ton temps... mais coudre, je me vois bien me mettre à ma machine ! un peu de thé ? )

    Bises

    Posté par telle, 12 février 2009 à 16:40
  • Telle : je crois avoir trouvé la réponse à nos questions. Je crois que c'est un cadeau que le Ciel nous a fait, pour que nous puissions chouchouter et gâter l'autre en toute impunité - elle n'est pas magnifique, ma théorie ?!?

    Posté par Le p'tit crobard, 13 février 2009 à 10:18

Poster un commentaire